UNE HISTOIRE DE DINGUE (que je ne souhaite plus jamais vivre…)

Disons-le tout de suite, je viens de vivre l’une des pires périodes de ma vie. Du jeudi 24 au mardi 29 septembre 2020, je me suis retrouvé embarqué dans une histoire folle, dont je me serais bien passée. Maintenant que l’information est parue officiellement dans les médias, je peux communiquer dessus.

Étant quelqu’un de sincère et droit, je vais fournir des explications sans tout révéler, mais commençons par le début.

En tant qu’auteur spécialisé notamment en disparitions mystérieuses, je suis fasciné, comme beaucoup, par l’affaire de la tuerie de Nantes.

Il se trouve qu’en plus, je vis en Loire-Atlantique. J’ai déjà eu l’occasion de parler de ce dossier nébuleux en septembre 2018 dans une émission consacrée à des disparitions dans le sud de la France sur Nuréa TV (à partir de 1 heure 41 minutes et 26 secondes) :

Hasard ou coïncidence, je comptais faire dans les prochains mois une vidéo sur cette affaire, mais venons-en aux faits…

JEUDI 24 SEPTEMBRE 2020

Ce matin-là, je constate que j’ai reçu sur Facebook le message d’une femme qui me dit penser avoir « reçu chez elle » Xavier Dupont de Ligonnès.

Évidemment, ma première réaction est la méfiance, mais je lui pose quelques questions sur Messenger et elle me répond. Mon intuition me dit qu’elle est sincère. Je conviens de l’appeler cet après-midi là, vers 15h, afin d’enregistrer son témoignage, au cas où il serait véridique. Celle-ci est d’accord.

Avant de l’appeler, je donne l’information sur Twitter car je n’en reviens pas.

Je dois faire preuve d’honnêteté intellectuelle : j’ai fait une erreur à cet instant. J’ai peu de followers et mon but dans la vie n’est pas d’en avoir plein. Je l’ai fait spontanément, en toute bonne foi, car j’ai été pris dans la passion qui m’anime dans mon travail d’auteur. Seulement, avoir fait cette confidence sincère m’a entraîné dans un piège infernal…

Vers 15 h, j’appelle la témoin qui vit dans la région de Pont-de-Roide, une commune du Doubs.

Elle veut se confier à moi car elle apprécie mon travail et ne veut pas parler à la presse. Dès le début de l’interview, que j’enregistre avec son autorisation pour conserver les détails et qui va durer presque une heure, je lui conseille d’aller à la gendarmerie, mais elle hésite car elle a peur qu’on la prenne pour une “folle”. J’écoute les faits qu’elle me rapporte avec précision parce qu’elle avait pris des notes pour ne rien oublier. Je ne vais pas tout vous répéter. En voici un résumé (*) :

“Quatre jours plus tôt, le samedi 19 septembre 2020, elle a rencontré un vagabond allongé dans la rue. Par bonté, elle et son mari lui ont offert le café à l’intérieur de leur logement, avant d’entamer la discussion. La ressemblance et le comportement de ce baroudeur, tel que lui-même se présentait, semblaient coïncider avec le profil de XDDL.”

UN TRAVAIL D’INVESTIGATION ET D’ORDRE JOURNALISTIQUE

En recueillant le récit de la témoin, qui répond à toutes mes questions, mon intuition de départ se confirme : cette femme me dit la vérité. Elle n’est pas mythomane, j’en suis sûr. Et il n’est pas impossible qu’elle ait vraiment rencontré XDDL. Voici, maintenant, en exclusivité, des informations intrigantes concernant le « baroudeur » qu’elle m’a révélées. J’ai le droit de le faire vu qu’elle m’en avait donné l’autorisation le 24 septembre 2020, et qu’elle a depuis fait deux dépositions à la gendarmerie et la police . De plus, vous verrez que je les ai déjà rendu publiques au moment où vous lirez ces lignes (vous comprendrez plus tard). Il me semble important de donner ces détails pour expliquer POURQUOI les témoins ont eu des soupçons. Non, ils ne se sont pas fait “un film”. Non, ils n’ont pas été induits facilement en erreur. Ils ont été troublés à juste titre, comme je l’ai été, moi aussi, en écoutant le récit de cette femme qui a été sincère j’en suis sûr. Je trouve intéressant, à titre pédagogique, de montrer le processus par lequel la police a recherché et questionné un vagabond dans le Doubs, la semaine dernière. Quand vous aurez lu les pages qui suivent, vous comprendrez pourquoi il fallait procéder à des vérifications concernant cet homme. Ne pas faire de signalement à la gendarmerie aurait été, à mon sens, un manquement à son obligation de citoyen. Parce que ce type était plus qu’inquiétant…

Pendant l’entretien téléphonique du 24 septembre, j’effectue un travail d’investigation avec la témoin et pointe de nombreux indices troublants.

LISTE DES POINTS COMMUNS AVEC XAVIER DUPONT DE LIGONNES :

– le baroudeur avait un visage ressemblant énormément à XDDL, en plus maigre, et les cheveux très courts (je me rappelle avoir entendu quelqu’un le connaissant que XDDL se rasait parfois totalement le crâne) ;

– s’il a précisé qu’il n’avait pas d’enfant, le baroudeur aurait dit qu’il avait une sœur nommée Christine qui avait une fille nommée Anne (ces prénoms sont ceux de la sœur et de la fille de XDDL) ;

– il aurait dit qu’il avait deux frères dont les enfants s’appelaient Benoît et Arthur (ces prénoms sont ceux de deux des fils de XDDL) ;

– très intelligent et parlant plusieurs langues étrangères, il avait beaucoup voyagé, notamment en Thaïlande (où aurait été vu XDDL) ;

– il aurait travaillé dans le marketing (XDDL a, lui, collaboré 8 ans avec la société Sphinx Marketing Conseil) ;

– sur son passeport, la témoin aurait eu le temps de lire le prénom Benito  qui signifie “Benoît” en espagnol (le prénom du fils de XDDL)

– l’homme aurait dit qu’il attendait de recevoir un transfert d’argent par Western Union de la part d’une femme nommée Corinne (Hasard ou coïncidence, une “Corinne” a été citée dans un article consacré à l’affaire XDDL) ;

– il aurait dit que son père était décédé et le mettait sur un piédestal. Il voulait écrire un livre sur les réseaux pédophiles avant de mourir (le père de XDDL est mort quatre mois avant la tuerie de Nantes) ;

– il aurait dire que sa mère, âgée de 93 ans, était très catholique et qu’il n’avait « qu’une seule envie, celle de tuer sa mère » (la mère de XDDL a 90 ans et est très religieuse) ;

– il se serait renseigné pour savoir si les témoins ne connaissaient pas des lieux de cultes (églises, abbayes) où il puisse dormir (on pense que XDDL s’est peut-être réfugié dans des monastères au cours de sa cavale, un moine a d’ailleurs été suspecté dans le passé ;

– le baroudeur était fumeur (comme XDDL) ;

– il ne portait pas de lunettes mais paraissait en avoir besoin selon la témoin, car il fronçait les yeux pour lire (spéculation : XDDL aurait pu décider de ne plus porter de lunettes pour qu’on l’identifie moins facilement) ;

– Enfin, il s’est plaint de souffrir du dos (XDDL se plaignait souvent de mal de dos).

DETAILS FAISANT PENSER A UN HOMME DANGEREUX ET EN CAVALE :

– l’homme leur aurait dit au cours de la soirée : « Mais vous me laissez entrer chez vous ? Vous savez que je peux vous tuer ? »

– il avait deux téléphones portables jetables sur lui ;

–  quand l’un de ses hôtes a touché l’un des deux téléphones, le vagabond lui aurait arraché des mains ;

– il aurait parlé de Molenbeek, près de Bruxelles, considéré comme la plaque tournante belge du terrorisme islamiste et aurait dit : « là-bas, si vous avez besoin de changer d’identité… » ;

– il aurait dit aux témoins qu’il comptait se rendre à Goumois, un village à la frontière suisse, à environ 30 km de Pont de Roide ;

– il aurait dit qu’il voulait aller en Suisse sans passer par les postes frontières. Son intention était donc visiblement de rentrer clandestinement en Suisse ;

#XDDL ? : UN LARGE FAISCEAU D’INDICES

Vers la fin de l’appel téléphonique, je considère que le faisceau d’indices est important. D’après moi, personne n’a la preuve que De Ligonnès soit parti à l’étranger et il a tout à fait pu revenir en France. Personne ne sait. Vous savez, un parrain de la mafia calabraise “en cavale” a été arrêté en 2017 dans une cache située… dans sa maison familial.

A la fin de l’entretien, j’invite à nouveau la témoin à aller faire une déposition à la gendarmerie. Hésitante au début, elle accepte enfin de le faire. Elle le fait dans l’après-midi. Les gendarmes prennent son témoignage au sérieux, la police scientifique vient poser des scellés à son domicile et la témoin m’envoie des photos (on voit des rubans jaunes « gendarmerie nationale – zone interdite » posés sur place).

Ayant été autorisé par la témoin à rapporter les faits, je publie sur Twitter quelques informations et photos, en respectant l’anonymat de la témoin. Je n’indique pas l’endroit exact en France et je mets rapidement en copie la gendarmerie, en toute transparence. Nouvelle erreur : si j’avais su, j’aurais stoppé après mon premier tweet et fait un silence radio total. Lors de son audition et de ses échanges avec les gendarmes, elle leur parle de moi et me confie que l’un des gendarmes suit mon compte Twitter et connaît même mon travail sur YouTube ! À ce stade, je ne reçois aucun message de la part des gendarmes m’ordonnant d’arrêter de rapporter publiquement ces faits, alors que je suis facilement joignable sur les réseaux sociaux, par email et que la témoin a mon numéro de téléphone personnel. Ce soir là, je peine à trouver le sommeil car je suis au courant de ce qui se passe dans le Doubs…

VENDREDI 25 SEPTEMBRE 2020

Le vendredi, la témoin m’informe que les experts ont fait des prélèvements à son domicile, à des fins d’analyse ADN. Elle m’envoie une photo d’un expert en train de travailler et je rapporte encore les faits en postant la photo sur Twitter. Là ça commence à chauffer sur le réseau social. Beaucoup de gens suivent mon compte et commente ce que je raconte. La majorité des internautes doutent de la véracité de mes dires et m’accusent de publier des fausses nouvelles juste pour faire du buzz. Je reçois des messages privés d’insultes et même des menaces d’agression.

On me tourne au ridicule. On ironise sur mon travail. On me manque de respect. On lance même des accusations contre moi, comme si tout est bidon de A à Z, que les photos que j’ai publiées sont des mises en scènes car un ruban ressemblant peut s’acheter dans le commerce. Il paraît que, sur Facebook, dans des groupes de discussion consacrés à l’affaire XDDL, des personnes se déchainent contre moi (une femme m’a dit sur Twitter un truc du genre “Je ne peux plus vous défendre…”). Pour certains aigris ou jaloux, c’est une occasion en or de montrer leur méchanceté. À cette période, je reçois un message privé du rédacteur en chef de TPMP sur C8 qui veut que je passe dans leur émission du lundi 28 septembre. Je refuse bien sûr.

On me presse de révéler ce que je sais. Je réponds en expliquant qu’il faut laisser la police faire son travail (j’attends les résultats ADN et que l’enquête progresse). En état de stress intense, je ne dors plus depuis le jeudi soir. 

SAMEDI 26 SEPTEMBRE 2020

J’apprends que la piste de XDDL dans le Doubs a été confiée à l’antenne de police judiciaire de Besançon. La témoin m’a dit que le SDF était recherché. Pour moi, la pression ne retombe pas. Sous adrénaline, je vis un moment unique parce que je sais que l’homme est en train de fuir vers la Suisse. Je temporise sur internet et travaille sur l’interview de la témoin. Ce qui est dur à gérer, c’est que je suis le seul à savoir, à part les témoins et la police, ce qui se passe. Les grands médias ne sont pas au courant. Sur les réseaux, des gens continuent à se déchaîner. On me dit que je suis en train de perdre toute ma crédibilité. Cette nuit là, je ne ferme l’œil que quelques heures.

DIMANCHE 27 SEPTEMBRE 2020

Nouvelle journée stressante pour moi. Je travaille sur l’interview pour m’occuper l’esprit.

En début d’après midi, la témoin me prévient qu’un policier l’a appelée pour lui dire qu’ils ont arrêté le vagabond et que ce n’est pas XDDL.

Je l’appelle aussitôt. Elle m’explique que l’individu a été intercepté à Trévillers, un village à 19 km de Pont de Roide et 10 km de Goumois, donc de la frontière suisse.

Je lui demande d’autres précisions, mais elle me répond que le policier ne lui a rien dit de plus. L’appel a été très bref. Il lui a juste donné l’info et demandé que « son journaliste (moi en l’occurrence) supprime ses messages sur Twitter ».

J’enregistre l’information. Avec la témoin et son mari, nous sommes tous les trois étonnés de la rapidité de la résolution de l’affaire, mais surtout de n’avoir aucune explication. Et je ne sais pas si la témoin a été invitée à reconnaître le vagabond. Ce qui m’interroge le plus, ce sont ses déclarations troublantes, notamment sur les prénoms de sa soeur, ses neveux et nièces. S’est-il expliqué à ce sujet ? A-t-il dit vrai ?  

À ce moment là, je réalise que je n’ai aucune preuve matérielle de l’ordre du policier, mais aussi de l’ensemble des évènements qui se sont déroulés dans le Doubs depuis jeudi soir (à part les photos). Je dis donc à la témoin qu’avant de m’exécuter, je veux une trace écrite (au moins un email) de cette directive pour prouver mes dires auprès de tout le monde. Car si je supprime mes tweets sans preuve écrite et officielle, cela valide l’idée que je suis un mythomane, un affabulateur ou un escroc. Je transmets donc mon adresse email à la témoin qui me dit qu’elle va faire passer l’information au policier de la PJ de Besançon.

Le dimanche soir, je laisse mes tweets au sujet de XDDL. Je suis dans un état de nerfs déplorable…

LUNDI 28 SEPTEMBRE 2020

J’ai la mauvaise surprise d’apprendre que la témoin n’a apparemment pas transmis mon message à la police. Fatiguée de cette histoire, elle a décidé de laisser tomber car elle a des soucis de santé. Je la comprends, mais je lui demande juste le numéro du policier pour l’appeler moi-même pour redemander un écrit. Elle refuse, à juste titre, elle n’a pas le droit de me le donner. De mon côté, je présume que si j’appelle directement la police ou la gendarmerie, ils ne me donneront aucune information sur l’enquête en cours.

DANS UNE MERDE NOIRE (navré mais c’est le terme le plus approprié)

Là je me rends compte que je suis dans une merde noire. Je n’ai plus aucun moyen de prouver la vérité. Je suis coincé. La fatigue aidant, deux scénarios extrêmes et inquiétants me traversent l’esprit :

1 / Et si tout était faux ? Et si j’étais victime d’un canular sophistiqué ? Car à part les photos, je n’ai zéro preuve de tout ce que j’ai écrit, ce ne sont que des propos rapportés et enregistrés. Suis-je victime d’une grande mythomane ? Jusqu’au lundi, cette idée ne m’a pas effleuré l’esprit, mais là je ne sais plus quoi penser…

2 / Et si l’homme arrêté était vraiment XDDL ? Cette affaire étant sensible en France, mon imagination fonctionne à plein régime. Je me dis qu’on essaye possiblement de me faire taire de manière indirecte. Car si le SDF arrêté est bien le suspect numéro un dans la tuerie de Nantes, il ne faut pas peut-être que ce soit un petit auteur indépendant qui révèle “le scoop”. XDDL se joue de la police française depuis 9 ans. C’est devenu un affaire aux implications politiques internationales depuis le fiasco de Glasgow en 2019. Si ça se trouve, on va nous annoncer, en grandes pompes, dans quelques semaines, l’arrestation de XDDL. Le story telling est devenu une pratique courante aujourd’hui dans la sphère des médias et le monde politique. Tout est mis en scène, comme si la simple réalité n’était plus suffisante. Cette idée dingue que le vagabond pourrait être notre homme, et qu’il a été emmené ailleurs, ne fait que passer. Evidemment, ce sont des pensées un peu délirantes mais ça fait 4 jours que je ne dors plus. En tant que romancier à la base, j’ai tendance à avoir trop d’imagination. Ceci dit, j’ai assez d’expérience et de connaissances pour savoir qu’on ne vit pas au pays des bisounours…

À ce stade, je ne sais plus quoi penser. Je suis perdu. Sur les réseaux sociaux, beaucoup de gens se sont déjà fait une opinion sur moi et ne m’écoutent plus. Pour eux, mon silence est un signe évident que tout ça est du bluff.

L’EPISODE “COMME AU CINEMA”

Un gars sur Twitter m’envoie un message alarmant du genre : “Dépêche toi de balancer les infos, tu vas te les faire saisir.” Cette remarque ne me paraît pas si insensée. La veille, la police judiciaire m’a dit qu’il fallait que j’efface mes tweets relatifs à XDDL. Je les ai laissés dans l’attente d’une demande écrite. Comme je n’ai pas obtempéré pour gagner du temps, c’est dans le domaine du possible que la PJ débarque chez moi à tout moment pour saisir mes ordinateurs et toutes mes données (enregistrements, photos, etc.). J’en sais rien, moi. Vous savez, on a vu des gens se retrouver en garde à vue pour moins que ça.

Vous allez peut-être sourire, là mais j’ai vraiment le sentiment d’être en plein thriller, moi qui suis friand de ce genre de films, là c’est pas amusant du tout, je vous jure. En nage, je fais en vitesse une copie de l’interview audio de la témoin et je la transfère par email à un journaliste de France 2, par sécurité (en effet, je suis en contact avec lui sur Twitter depuis plusieurs jours, il me croit et je le remercie pour son soutien).

PRESQUE SEUL CONTRE TOUS

Ce lundi, je suis un homme très seul. Il n’y a que les journalistes professionnels qui peuvent « me sauver » en vérifiant que les faits qu’on m’a rapportés le jeudi 24 septembre sont vrais. Parce qu’il y a un point crucial à comprendre : si je ne préviens pas les médias (au moins locaux), la police risque tout simplement de ne pas communiquer dessus. Il y a, pour sûr, des signalements réguliers de XDDL en France. Nous ne sommes juste pas informés à chaque fois. Les autorités ne préviennent pas la presse à chaque témoignage, surtout depuis l’épisode navrant de Glasgow. Vous comprenez dans quelle situation “extrêmement délicate” je suis à ce moment-là ? Le piège est en train de se refermer sur moi. Si je n’agis pas vite, je n’obtiendrai jamais la moindre preuve tangible (message écrit de la police ou article de presse) de la réalité des faits que je répète depuis des jours. Sans rien entre les mains pour étayer mes déclarations, je vais passer pour un guignol et/ou un escroc aux yeux de pas mal de monde. Parce que de simples paroles ne valent plus rien aujourd’hui, le mensonge règne désormais en maître dans notre société. Il suffit de voir le scandale récent d’un célèbre faux profiler français du FBI en tête des ventes de livres de true crime en France. Il a basé toute sa carrière sur un mensonge abject, il a été forcé d’avouer depuis toute une série de mensonges honteux et il continue depuis comme si de rien n’était. Cela n’a strictement rien changé pour lui. Il n’a pas été viré par ses éditeurs (on ne tue pas la poule aux œufs d’or) et va sûrement sortir un livre autobiographique pour “s’expliquer”. La machine à cash va continuer. Expliquer quoi ? Qu’il a menti car ils voulaient que ses “parents soient fiers de lui” ou un truc du genre. En voilà un vrai scandale. Moi, mon père que j’aimais profondément est mort en 2008 dans des circonstances tragiques, cinq ans avant que je ne publie mon premier roman (en 2013), il m’a vu bosser solitairement sur des manuscrits pendant huit ans et ne m’a jamais vu réaliser le rêve de ma vie (être édité). Et je n’ai jamais fait ma pleureuse ou escroqué mon public pour autant. Je ne suis qu’un petit auteur indépendant parti de rien, mais j’ai toujours été droit dans mes bottes depuis le début de l’aventure et encore plus dans cette histoire de piste de XDDL dans le Doubs. Alors je vais me battre parce que je suis de ceux qui préfèrent mourir les armes à la main que vivre à genoux. J’irai jusqu’au bout pour que la vérité éclate : je vais carrément prévenir tous les grands médias français. Pour être sûr que l’histoire du “sosie” de XDDL dans le Doubs soit vérifiée et sorte éventuellement dans la presse, je n’ai pas d’autre choix que d’être pro-actif et d’informer l’AFP et les principaux médias en France, L’Est Républicain en tête. Il y a bien quelqu’un parmi eux qui va aller à la pêche aux infos dans le Doubs. Je finis donc le montage d’une vidéo dans laquelle je livre les informations que m’a confiées la témoin, en préservant son anonymat.

Heureusement, un avocat providentiel (qui porte le prénom de mon défunt père, un signe du ciel ?) m’apporte de précieux conseils et juge que je peux agir sans être inquiété par la justice.

Tard le soir, je poste cette vidéo tard le soir sur ma chaine YouTube. Je diffuse ensuite la vidéo sur Twitter et mets en copie l’AFP et les grands journaux de France, L’Est Républicain en tête.

Dans la vidéo – AFFAIRE DE LIGONNES : RECIT TROUBLANT DANS LE DOUBS, UN HOMME ARRETE, NOUVELLE FAUSSE PISTE ? – j’explique que je rapporte des faits qui se seraient déroulés dans le Doubs. Je répète les informations que m’avait autorisées à dire la témoin restée anonyme (en ne divulguant ni son nom ni son visage). A la fin, je demande aux journalistes professionnels de procéder à des vérifications.

Je me pose aussi un peu en lanceur d’alerte. Cela en fera rire certains, mais à ce stade, je n’ai plus aucune certitude. Je dois informer les médias de ce qui s’est passé dans le Doubs. La témoin m’a dit que la veille (dimanche), le vagabond était toujours dans les locaux de la police.

Ce lundi, j’ai peur que toute cette histoire soit étouffée, pour une raison que j’ignore (rappelez-vous des paroles du baroudeur au sujet de l’intention de son père d’écrire un livre sur les réseaux pédophiles). Cette histoire de SDF ressemblant à XDDL qu’on m’a rapportée, cache possiblement une affaire plus grosse, un scandale plus important, j’en sais rien moi. Après tout, on m’a demandé indirectement de me taire (cf. la demande de suppression orale de me tweets). Je sais, encore une fois, j’ai parfois trop d’imagination, mais vous savez, la réalité dépasse souvent la fiction.

Et puis, quel sort va être réservé à ce vagabond ? Vu qu’il n’est pas XDDL, à entendre la police, il va possiblement être relâché dans la nature. Avec ses envies de meurtres, il pourrait présenter un danger pour la population française ou suisse. J’en sais rien.

Il faut que les médias soient prévenus et je ne peux plus attendre…

MARDI 29 SEPTEMBRE 2020

Après une nouvelle nuit blanche, je lis un message d’un journaliste de l’Est Républicain, à qui j’ai envoyé le lien de la vidéo, me prévenant qu’ils vont vérifier l’info auprès de leurs sources. Cela me donne un peu de baume au cœur.

Mais, pour moi, le cauchemar continue. Vers midi, la témoin, en colère, me laisse un message sur mon répondeur téléphonique pour que je supprime immédiatement ma vidéo. Si je ne m’exécute pas, elle porte plainte contre moi ! WHAT ? C’est le pompon. Attention, ne la jugez-pas. Je la comprends, je ne voulais pas faire ça aussi vite, mais là j’y étais acculé. Je n’avais plus d’autre choix, car je n’aurais pas pu tenir une semaine de plus. Mais c’est tout de même un comble. J’ai juste voulu aider, je vis une très sale période depuis 5 jours et, maintenant, on me menace de me poursuivre. Je suis dans l’une des pires situations de ma vie : sous la pression des internautes, je vais sûrement devoir m’expliquer (plus tard) auprès des autorités judiciaires et voilà que j’ai, en plus, une menace de plainte sur la tête. Là je fais le mort. Je gagne un peu de temps. Empathique, je me sens désolé pour cette femme, mais c’est elle qui est venue me trouver. Et pas l’inverse. J’ai juste voulu l’aider, ça m’apprendra à être gentil à l’avenir. J’irai jusqu’au bout. Mais, attention, ce jour-là, je n’ai pas d’animosité contre elle. Je la comprends. Je suis une personne bienveillante. C’est pour cette raison que je l’ai écoutée attentivement dès le départ. Je comprends qu’elle veuille que je supprime immédiatement cette vidéo, elle est dépassée comme moi par les évènements depuis plusieurs jours. Mais en ce qui me concerne, je n’ai jamais demandé à être entrainé dans cette histoire de dingue. En mon for intérieur, j’ai décidé de la laisser en ligne de manière temporaire, juste le temps que les médias locaux se bougent pour confirmer ou non les faits.

Le mardi après-midi, je fais le silence radio. J’attends que ça bouge au niveau des médias avant de répondre à la témoin. Tout ce que je veux, c’est obtenir une confirmation des faits qu’elle m’a rapportés. Car c’est ma réputation et mon honneur qui sont en jeu, et même mon avenir professionnel, j’ai envie de dire. Je dois prouver que tout ce que je raconte depuis le début est vrai, sinon, c’est le déshonneur. Des personnes malveillantes ou qui ne me connaissent pas sont en train de me salir sur la Toile. Alors que moi, je suis authentique et sincère depuis le début. Depuis 2013, je donne tout ce que j’ai dans ma passion. Je décide de patienter en espérant que des journalistes de terrain vont aller se renseigner dans le Doubs…

Le soulagement arrive enfin le mardi 29 septembre au soir. L’Est Républicain fait un article sur internet qui prouve tout ce que j’affirme depuis le jeudi 24 septembre.

https://www.strepublicain.fr/faits-divers-justice/2020/09/29/doubs-un-homme-ressemblant-a-xavier-dupont-de-ligonnes-controle-par-la-police-et-relache?

Je diffuse aussitôt la nouvelle sur Twitter. Je remercie L’Est Républicain d’avoir fait leur job aussi vite. Je remercie aussi la gendarmerie et la police nationale d’avoir solutionné cette affaire aussi vite. Même s’ils font l’objet de critiques parfois injustes, là ils ont fait un super boulot,

Un peu plus tard, ce soir là, j’ai un échange par SMS avec la témoin, je lui annonce que maintenant que j’ai une preuve que tout ce que j’ai raconté n’était pas des affabulations, je vais supprimer la vidéo à sa demande pour que nous puissions tous les deux retrouver une vie tranquille et garder notre énergie pour d’autres combats (elle a des problèmes de santé). Car je lui dis que je me défendrai juridiquement sachant que je possède de solides preuves avec moi. En contrepartie, je lui demande juste de s’engager sur l’honneur à ne pas porter plainte contre moi. De toute façon, je ne risque rien sur le plan juridique selon mon avocat, car je n’ai pas révélé son visage ou son nom dans ma vidéo. L’anonymat a été préservé.

Après quelque échanges, la témoin comprend que je suis pour l’apaisement général. Elle m’écrit qu’elle est d’accord et me demande d’effacer aussi mes tweets avec les photos. Je m’exécute, car je veux aussi obéir aux ordres de la police. La vidéo sera restée moins de 24 heures en ligne. J’annonce sur Twitter, Facebook et YouTube tout ce que je viens de faire.

À 1 h 30, je vais me coucher, l’esprit plus léger.

EPILOGUE

C’est un fait incontestable : en poussant la témoin à contacter la gendarmerie, j’ai contribué à l’arrestation d’un vagabond qui, selon la police, présentait une « ressemblance physique troublante » avec XDDL. Au vu des éléments, il fallait procéder à des vérifications concernant cette homme.

Pendant que des gens brassent de l’air dans des forums internet ou que des pseudo journalistes/podcasteurs/youtubeurs (**) se font mousser en parlant de cette affaire en lisant la page wikipédia de De Ligonnès, confortablement installés chez eux ou sur les plateaux de télé, moi je suis allé “au charbon” pour qu’on vérifier une piste qui aurait pu être sérieuse.

Maintenant, je me pose toujours des questions sur ce fait-divers du Doubs. J’aimerais savoir si la sœur, les neveux et la nièce de ce baroudeur portaient vraiment les mêmes prénoms que les membres de la famille de Ligonnès. Si toutes les informations données à la témoin sont vraies, le hasard se révèle diabolique. Ayant conscience de sa ressemblance, cet individu a-t-il joué un jeu pervers avec les témoins en se faisant passer de manière subtile pour XDDL ? A-t-il des choses à se reprocher ? Que cherchait-il à fuir ? Beaucoup de questions restent sans réponse, mais ne comptez pas sur moi pour chercher à en savoir plus. J’estime avoir fait plus que ma part dans cette affaire. Je partage toutes mes infos aux journalistes (notamment ceux de Society) et à ceux qui se passionnent. Faites-en ce que vous voulez. Tout ce que je demande, c’est de citer vos sources si vous parler de ce témoignage du Doubs dans l’avenir.

En ce qui me concerne, j’espère que le véritable XDDL sera arrêté un jour. En tout cas, je reparlerai de ce mystère criminel dans l’avenir, c’est certain.

En attendant, je vais tirer des leçons de cette aventure, croyez-moi. Il faut tirer du positif du négatif et à l’avenir, j’y réfléchirais à deux fois avant d’aider les gens. J’ai pris cette histoire trop à cœur mais je suis comme ça, quand je m’implique dans quelque chose, je m’engage à fond, trop sans doute, au péril de ma santé. Et là, la cause me semblait juste. Étant lucide sur moi-même, je suis capable de faire mon auto-critique (ce que je fais dans cet article), que mes détracteurs aient l’honnêteté de le reconnaître et en fassent autant à leur propre égard, avant de me juger à la hâte. Je réalise que, dans cette histoire insensée, j’ai fait une énorme erreur en me confiant sur Twitter, j’ai fait ça de manière sincère, mais le truc m’a échappé… Cela m’apprendra, soyez-en sûr !

Je ne vais pas vous mentir (je ne sous-estime pas votre intelligence), j’aurais été heureux que ce vagabond soit le vrai XDDL. Cela aurait le scoop du siècle. Et j’aimerais surtout qu’il s’explique devant la justice. Là, j’ai communiqué trop tôt, sous le coup de l’excitation, mais je ne sais pas comment vous auriez agi à ma place. Vous n’avez pas vécu ce que j’ai vécu. Et puis, si vous connaissez un peu comment fonctionne le monde des médias, c’est le premier qui a l’info qui l’a sort. A partir du moment où quelqu’un est arrêté par la police, les choses finissent souvent par “fuiter”. Certains sont même prêts à payer beaucoup d’argent pour récupérer des tuyaux. Croire le contraire est de la naïveté et une méconnaissance crasse du système. C’est comme dans le monde du football. On ne souvient que du nom du vainqueur. Qui se souvient de l’autre équipe finaliste ? Moi j’ai fait ça de manière spontanée, sous le coup de l’excitation, car il y avait bien un témoignage “troublant” derrière. J’ai voulu partager ces moments en direct avec mes followers parce que je vivais vraiment un putain de suspense, à partir du moment où on m’a fait cette confidence incroyable.

Pour mon erreur, j’ai été largement puni. J’ai lutté, presque seul contre tous, pour survivre à l’enfer de Twitter pendant 5 jours, où évoluent des esprits sournois et cruels. Je pense que beaucoup de gens auraient craqué à ma place. J’ai eu à supporter sur les réseaux sociaux (Twitter, Facebook et YouTube), des commentaires très violents, le préjudice moral et physique est avéré, mais j’ai survécu à tout ça car, depuis le départ, je savais que j’étais du côté de la vérité et la lumière. Paradoxalement, cette épreuve m’a encore renforcé. J’ai grandi, même si ça s’est fait dans la douleur. Je n’oublierai pas la fourberie de certain(e)s qui ont profité que je sois momentanément à terre pour me piétiner. Parfois même de soit disant amis. Quand on a des amis comme ça, on n’a pas besoin d’ennemis. Mais je ne chercherai pas à me venger, je garde de bonnes vibrations et je préfère laisser le karma s’en charger…

À tout vous dire, je ne suis pas sûr de rester éternellement sur Twitter, un univers où beaucoup se croit tout permis, sous couvert d’anonymat. Je vais peut-être clôturer mon compte dans le futur, si je n’y trouve plus mon intérêt, mais pas maintenant. Certains idiots en profiteraient pour dire que je fuis car je n’assume pas mes actes. Mais c’est tout le contraire. Si les autorités judiciaires me convoquent au sujet du rôle que j’ai joué (malgré moi) dans la fausse piste de XDDL dans le Doubs, je leur répèterai la même chose. « Qu’ils viennent me chercher ! » comme dirait Manu.

Le plus important pour moi, c’est que j’ai prouvé que j’ai dit vrai depuis le début. L’honneur est une valeur primordiale pour moi. Je n’ai pas trahi mon public et ceux qui ont toujours cru en moi. Inventer tout ça pour créer du buzz, je ne me serais jamais permis une telle bassesse, cela ne me ressemble pas, moi qui ait tant de respect et d’empathie pour les victimes. Mon honneur est préservé et je garde la tête haute. Je réclame c’est le RESPECT, une valeur qui se fait rare de nos jours. Quand on voit tout ce que j’ai accompli avec l’énergie de ma passion depuis 2013, en étant parti de zéro et sans la moindre relation. Quand on voit toutes les personnes qui imitent aujourd’hui ce que je fais, reprennent les sujets dont j’ai été le premier à parler et analyser en profondeur en France, voire pompent même sans vergogne mes livres et vidéos SANS JAMAIS ME CITER OU FAIRE UNE PETITE REFERENCE A MOI (youtubeurs et autres personnes qui se reconnaîtront et même BFMTV !), c’est la MINIMUM des choses ! Tout cela manque franchement d’élégance et de fair play. Certains détracteurs disent que j’ai le melon et que je demande trop de reconnaissance. Voici un autre article pour répondre une bonne fois pour toute sur ce point. http://lionelcamy.com/mise-au-point-respect-et-recherche-de-reconnaissance/ Fin de l’aparté, je reviens à notre affaire de la fausse piste du Doubs.

Le 30 septembre 2020, le magazine belge 7sur7 publie dans un article l’un de mes tweets relatifs à ce fait-divers, contrairement à 99 % de la presse française… Merci à nos amis belges pour leur transparence en matière d’information.

Dans cette fausse piste du Doubs, j’ai fait plus que mon devoir. Je me suis beaucoup trop impliqué et investi personnellement. J’ai juste voulu aider et voilà dans quelle situation fâcheuse cela m’a entraîné. Et même si la cause était juste, j’ai “pris cher” dans cette histoire. Dorénavant, je serai plus méfiant et moins accessible sur les réseaux sociaux. Dans l’immédiat, j’aspire à la tranquillité, je vais avoir besoin de prendre du recul pour digérer tout ça. Tout ce que je veux, c’est tourner la page maintenant. Merci de ne pas m’inonder de messages divers et variés sur les réseaux sociaux, même s’ils sont souvent amicaux, je n’aurai ni l’énergie ni l’envie de vous répondre.

Un peu d’humour pour finir, car tout ça n’est pas si grave. Quelqu’un a encore posté un “gentil commentaire” sur ma page Facebook après la résolution de l’affaire. Je vous laisse le soin de lire ma réponse. Je pense qu’avec Xav, il faut “enterrer” la hache de guerre, sans mauvais jeu de mots.

Merci d’avoir lu ce long article en entier.

Bien cordialement,

Lionel Camy

(*) : Ce résumé est tiré d’un article de L’Est Républicain du 29/09/20

(**) : Je soupçonne d’ailleurs que certains de mes détracteurs dans cette histoire sont des “fans” d’autres journalistes/podcasteurs/youtubeurs qui ont déjà parlé de l’affaire XDDL. Que la témoin se soit confiée à moi plutôt qu’à eux a possiblement pu les déranger…

Ce site utilise des cookies pour une navigation optimale !